photo

C'EST AUJOURD'HUI QUE JUSTIN TRUDEAU COMPARAÎTRA DEVANT LE COMITÉ DES FINANCES

Les services du commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique du Canada est présentement en demande. Le parti conservateur revendique qu'il effectue une enquête concernant les dépenses exubérantes que l'organisme UNIS a octroyé à des membres de la famille du premier ministre Justin Trudeau.

Les conservateurs avaient déjà découvert la distribution de 353 000 $ que l'organisme avait offert à la mère, la femme et le frère de Trudeau dans le cadre de voyages humanitaires. Par contre, mardi dernier, 212 000 $ s'ajoutaient à cette somme. Les frères Mark et Craig Kielburger, qui sont les cofondateurs d'UNIS, sont ceux qui ont fait état de ces chiffres. Ils se sont présentés à la chambre des communes pour évoquer cette gestion des finances qui va à l'encontre des valeurs de l'organisme qu'ils représentent. Tous ces gens veulent donc avoir la certitude que le demi-million de dollars reçu par la famille Trudeau est légitime.



Sceptiques, les conservateurs avaient prématurément demandé au commissaire à l'éthique, Mario Dion, de vérifier que les versements émis par le premier ministre respectaient la loi. La section 11, qui interdit à un titulaire public de distribuer des cadeaux à ses proches, contrevenait à la loi. De ce fait, une plainte a été déposée. Le commissaire Dion, quant à lui, a annoncé, mercredi, qu'il voulait approfondir son enquête afin de connaître quels sont les liens réels entre le ministre des Finances, Bill Morneau et UNIS. Cette semaine, mea culpa, Morneau a avoué avoir remboursé 41 000 $ à l'organisme pour des voyages qu'il avait faits avec sa famille. Le commissaire à l'éthique tentera de déterminer si ce cadeau, que la famille Morneau aurait dû réfuter, était dévoilé ou non.

Aujourd'hui, Justin Trudeau doit comparaître devant la chambre des communes pour expliquer la situation. Les conservateurs insistent sur le fait que le premier ministre devrait divulguer toute la vérité dans les moindres détails. Pour ce qui est d’ UNIS, elle est désormais administrée par la fonction publique. Étrangement, l'organisme connait de plus en plus de démissions et de licenciements. Bref, tout ça est très louche et nous avons hâte d'avoir des réponses à nos questions!

Crédit : Radio-Canada
ALLYSON JONES
30 JUILLET 2020  (13H09)