VIDÉOS        QUIZ        POOL        PODCAST              
VIDÉOS     QUIZ     POOL     PODCAST           MEMBRE
photo

DES CHERCHEURS DE MCGILL LANCENT UNE ÉTUDE COVID-19 SUR UN ANTIDÉPRESSEUR

En novembre dernier, des chercheurs aux États-Unis ont publié une étude dans le Journal de l'Association médicale américaine qui montrait que la fluvoxamine, un antidépresseur, pouvait réduire la détérioration clinique des personnes atteintes de COVID-19.

Selon les résultats de l'essai clinique STOP COVID, aucun des 80 patients affectés au groupe fluvoxamine n'a subi une détérioration clinique.

Même si les résultats semblent prometteurs, l'étude demeure limitée par une petite taille d'échantillon, ainsi qu'une courte durée de suivi.

Des chercheurs de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) ont donc décidé de lancer le volet canadien de cette étude, mais avec un échantillon plus large et plus représentatif des personnes qui vivent au Canada et aux États-Unis.

Mené par les docteurs Todd Lee et Emily McDonald, l'essai clinique STOP COVID 2 permettra de déterminer si la fluvoxamine réduit le risque de développer un essoufflement grave, de nécessiter de l'oxygène, et d'être hospitalisé en raison de la COVID-19.

Les chercheurs vérifieront également si ce médicament, habituellement utilisé pour traiter la dépression et le trouble obsessionnel-compulsif, diminue les symptômes persistants de la COVID-19.



Le deuxième essai clinique est donc ouvert aux adultes non-hospitalisés qui ont reçu un résultat de test positif pour le SRAS-CoV-2. Pour participer, les patients doivent également présenter des symptômes de la COVID-19 depuis moins de six jours et avoir un facteur de risque de détérioration clinique.

Source : JournalMetro et STOPCOVID2
SOPHIE PERRON
12 JANVIER 2021  (22H21)