VIDÉOS        QUIZ        POOL HOCKEY        PODCAST              
Super Hockey Pool
photo

L'AUSTRALIE, L'UN DES SEULS PAYS À AVOIR ENRAYÉ LA COVID-19

L'Australie a décidé de prendre les grands moyens pour briser la deuxième vague de coronavirus, et cela a porté fruit.

Tandis que d'autres, comme le Canada, tentent de contrôler la propagation du virus pour ne pas surcharger les hôpitaux, le pays d'Océanie s'est donné comme mission d'éliminer, presqu'en totalité, son existence à l'intérieur de ses frontières.

En juillet dernier, le pays a connu une augmentation très importante du nombre de contaminations. C'est alors que les dirigeants ont imposé l'un des plus longs confinements sur la planète. Non loin de l'entièreté des établissements ont dû être dans l'obligation de fermer, sauf les épiceries et les hôpitaux, et ce, pour une durée de quatre mois.

Pendant le confinement, dans certaines régions, les citoyens devaient rester à moins de cinq kilomètres de leur résidence, en tout temps, sous peine d'amende qui pouvait aller jusqu'à 1300 $ CAN. Des barrages routiers étaient d'ailleurs érigés afin de contrôler les déplacements.

Les étudiants ont d'abord eu droit à un congé prolongé qui s'est, par la suite, transformé en enseignement en ligne pour la plupart.

Les citoyens australiens arrivant au pays en provenance de l'étranger devaient, tout d'abord, compléter une demande de retour puisqu'un nombre maximal d'entrées au pays était déterminé par jour. Tous ceux qui arrivaient sur le territoire devaient obligatoirement se mettre en quarantaine dans des hôtels choisis par le gouvernement. Ils étaient même, parfois, surveillés par des militaires.

Quand les restrictions ont été atténuées, les gens devaient respecter un couvre-feu nocturne.

Les mesures étaient drastiques, c'est le moins que l'on puisse dire. Même promener son chien, sur sa propre rue, était illégal à certains endroits.



Daniel Andrews, premier ministre de l’État de Victoria, a dit : « Ce ne sont pas des règles qui sont contre vous, ce sont des règles pour vous. C’est à propos de votre sécurité, votre emploi, votre communauté, votre famille, votre État. », lors d'une déclaration le 8 novembre dernier. Le 17 novembre, le premier ministre d'Australie-Méridionale, Steven Marshall, a été clair : « Il n'y a pas de deuxième chance pour arrêter une seconde vague ».

La façon de procéder de l'Australie a été effective en majorité. Depuis le 5 août, jour où le sommet a été atteint avec 739 nouveaux cas, le nombre de contaminations n'a fait que diminuer. En grande partie, les différentes municipalités n’ont pas enregistré de nouvelles infections pendant des semaines.

Évidemment, une telle approche a fait des dommages collatéraux. Un million d'emplois ont été perdus et la faillite a détruit des milliers d'entreprises. Mais le Dre Nancy Baxter, dirigeante de la faculté de santé publique de l’Université de Melbourne, admet que ça en valait le coup. « On ne peut pas avoir une économie qui fonctionne bien avec une pandémie qui fait rage. Ce n’est pas l’économie contre des vies ».

Source : Radio-Canada
MYRIAM DUNN
25 NOVEMBRE 2020  (21H59)
QUIZ SUR BEACHNEWS
500$ À GAGNER
image
Comment se nomme ce mouvement artistique?
FAUVISME
NÉO POP
POSTIMPRESSIONNISME
SCHÉMATISME
BeachNewsEveryday.com
photo
UN HOMME CONNU DU MILIEU POLICIER PÈTE UNE COCHE CONTRE UN AGENT
BeachNewsEveryday.com
photo
IL PARODIE LES COMPLOTISTES .....
BeachNewsEveryday.com
photo
EN PLEINE SORTIE À SKI DE FOND, UN SKIEUR EST TOMBÉ NEZ À NEZ AVEC UN GRAND TÉTRAS
BeachNewsEveryday.com
photo
SANS S'EN RENDRE COMPTE, CETTE PLANCHISTE AURAIT PU SE FAIRE DÉVORER PAR UN GRIZZLY!
BeachNewsEveryday.com
photo
L'HOMME COCHON DE ST-JÉROME S'EN PREND À MA POUTINE ET MA BEACH DAY
BeachNewsEveryday.com
photo
UN CHASSEUR MONTRE COMMENT CHASSER LA COVID-19