photo

LE MYSTÈRE DES BALEINES GRISES ÉCHOUÉES

Depuis début 2019, des baleines grises sont retrouvées mortes, échouées sur la côte pacifique de l’Amérique du Nord. On parle ici de plus de 350 de ces cétacés. Plusieurs autres auraient péri en mer. Des centaines, des milliers, nous ne le savons pas exactement. Les scientifiques sont en recherche de la cause. Le réchauffement climatique? Fort probable!

Comparativement à l'an passé, le nombre serait passé de 215 baleines grises échouées sur la côte pacifique à 144 cette année, entre le Mexique et l’Alaska. Par contre, aucun scientifique américain n'ose se réjouir.

« Il est possible que nous ayons repris le chemin vers un rythme plus normal », exprime Michael Milstein, porte-parole pour la Côte ouest de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA). Cependant, Frances Gulland, chercheuse associée en biologie marine à l’université de Californie-Davis, se montre beaucoup plus prudente, car les chiffres de 2020 sont quand même 4 fois plus élevés qu'à l'habituel. « Nous retiendrons notre souffle jusqu’à l’hiver prochain », dit-elle.

Depuis vingt-cinq ans, cette dame a étudié les baleines et a réalisé des dizaines d’autopsies. En 1999-2000, c’est elle qui coordonnait, pour la NOAA, l’enquête sur la précédente grande vague d’échouements, qui avait provoqué la mort de plus de 600 cétacés en deux ans. Elle avoue d'ailleurs n'avoir jamais vraiment compris ce qui s’est passé.

Beaucoup d'hypothèses peuvent entrer en ligne de compte, comme : une vague de chaleur, la perturbation du régime alimentaire, des collisions avec des bateaux ou même à des enchevêtrements dans des filets ou des mouillages. Pourtant, ces événements se sont reproduits par la suite sans pour autant causer de hausse dans leur mortalité.



L’envoyé spécial du magazine Le Monde à San Francisco et à Seattle, Nathaniel Herzberg, a mené une enquête et ses conclusions s'apparentent beaucoup à celles de Mme Gulland. D'après lui, ce sont des animaux qui existent encore en grande quantité et affirme que cette espèce se porte bien. Pas du tout en voie d'extinction. Même qu'au moment de ces événements, les baleines à bosses, elles, se portaient bien à Hawaï.

Il termine ainsi : « Je suis très prudent car la science est comme ça. On a du mal à traquer les maladies éventuelles des baleines. On pense à une carence alimentaire due au réchauffement climatique. La fonte des glaces conduit à les éloigner plus au Nord et à les fatiguer et potentiellement à les tuer. »

Autre lien

Crédit : Franceculture.fr
JOSÉE MAHEUX
21 SEPTEMBRE 2020  (22H05)
QUIZ SUR BEACHNEWS
image
Comment s'appelle ce personnage de Disney?
GASTON
HADÈS
JAFAR
PHILOCTÈTE