photo

LE PRIX DES MAISONS SUBIRA UNE CHUTE IMPORTANTE À CAUSE DE LA COVID-19

Dans le cadre de la pandémie de COVID-19, l’économie mondiale se trouve plongée dans une crise sanitaire, causant un ralentissement économique. Le marché immobilier n’y échappe pas. La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) prévoit une baisse marquante des prix des propriétés. Elle estime que le scénario positif pour l’avenir est que le marché retourne à la normale vers la fin de 2022.



De hauts responsables de la société d’État ont annoncé que l’impact de la COVID-19 sur les prix de l’immobilier sera pire que le scénario pessimiste envisagé avant la crise. Les retombées pourraient varier d’une province à l’autre et être plus marquées, notamment, chez celles qui dépendent de l’industrie du gaz et du pétrole. Selon le chef de la direction de la SCHL, Evan Siddall, environ un propriétaire canadien sur dix aurait remis à plus tard ses paiements hypothécaires.

Selon M. Siddall, la Loi sur les mesures d’urgence pourrait offrir à l’agence des recours économiques afin de lui permettre de poursuivre ses activités. Il y aura, entre autres, une aide aux petites entreprises par l’effet du programme de soutien au loyer annoncé en avril.

Crédit : Radio-Canada
MARIE-PIER R.
22 MAI 2020  (13H54)