VIDÉOS        QUIZ        POOL        PODCAST              
VIDÉOS     QUIZ     POOL     PODCAST           MEMBRE
photo

LES QUÉBÉCOIS ONT-ILS AUGMENTÉ LEUR CONSOMMATION D'ALCOOL DEPUIS LE DÉBUT DE LA PANDÉMIE?

Éduc’alcool et l’Association pour la santé publique du Québec ont mené une enquête au printemps dernier concernant la consommation d'alcool des Québécois.

La firme CROP a ensuite effectué un nouveau sondage en novembre pour Éduc’alcool. Les résultats indiquent que les tendances de consommation de boissons alcoolisées restent stables dans la province.

Voici les principaux résultats :

- 67 % des Québécois disent ne pas avoir augmenté leur consommation d’alcool

- 13 % l’ont diminuée

- 17 % l’ont légèrement haussée

- 3 % l’ont significativement accrue

L'organisme s'attendait à une hausse significative en raison de la pandémie, mais les résultats sont relativement semblables à ceux de ce printemps.

Le nombre de Québécois disant avoir davantage consommé dans l'objectif de réduire leur anxiété et leur stress a même diminué. Selon les résultats du sondage de novembre, le nombre est passé de 28 % à 17 %.

Aujourd'hui, les gens affirment boire parce qu'ils ont plus de temps libre et afin de chasser l'ennui. Parmi ceux disant avoir bu plus que d'habitude, nous retrouvons les mêmes catégories qu'au printemps :

- Les Montréalais

- Les jeunes de 18 à 34 ans

- Les plus fortunés

- Ceux qui ont subi un changement de situation d'emploi

- Ceux qui sont davantage affectés psychologiquement



Éduc’alcool surveille toutefois l'évolution des consommations excessives. Le chiffre est à la hausse, alors que 35 % des Québécois disent avoir dépassé en novembre au moins une fois les limites recommandées. L'organisme se dit inquiet, car cette hausse est observée notamment chez les jeunes.

Avec l'approche du temps des Fêtes, l'organisme se prépare à lancer des campagnes de prévention. Il craint que l'isolement ait un impact sur les tendances à consommer excessivement et tient à rappeler que l’abus d’alcool peut miner le système immunitaire.

Source : LaPresse
SOPHIE PERRON
30 NOVEMBRE 2020  (22H56)