VIDÉOS        QUIZ        POOL HOCKEY        PODCAST              
photo

MANIFESTATION POUR LE DÉFINANCEMENT DU SERVICE DE POLICE DE MONTRÉAL

Dans les rues du Plateau-Mont-Royal et du centre-ville de Montréal, environ 300 manifestants se sont rassemblés pour dénoncer le profilage racial et la brutalité policière. Ces militants réclament le définancement du Service de police de Montréal (SPVM) et redistribution d'une partie du budget du SPVM à des organismes communautaires.

Sandra Wesley, directrice de Stella, un organisme qui vient en aide aux travailleurs du sexe, explique que le budget du SPVM est inéquitable. On revendique la moitié du budget du SPVM pour soutenir les services psychologiques offerts par les organismes communautaire. De plus, Frankie Lambert, de l’Association Québécoise pour la promotion de la santé des personnes utilisatrices de drogues (AQPSUD), ajoute que « C’est de services sociaux dont nous aurions besoin ».

Au rythme de la musique hip-hop, plusieurs discours ont été prononcés au parc Wilfrid-Laurier pour dénoncer la surveillance policière exagérée faite envers les minorités comme les travailleuses du sexe, les sans-abris et les personnes noires ou autochtones. Dans la foule, les discours diffèrent d'un protestataire à l'autre. Certains exigent que « justice » soit faite, tandis que d'autres dénoncent l'oppression des autorités policières envers les groupes minoritaires.



Juste avant de poursuivre leur marche en direction de la Fraternité des policiers et policières de Montréal (FPPM), les militants ont proférés plusieurs noms des victimes de brutalité policière au Canada et aux États-Unis. Aujourd'hui même, une manifestation similaire a eu lieu en même temps à Ottawa.



Crédit : Lapresse.ca
MC CÔTÉ
24 OCTOBRE 2020  (20H58)