VIDÉOS        QUIZ        POOL        PODCAST              
VIDÉOS     QUIZ     POOL     PODCAST           MEMBRE
photo

SUICIDES EN PRISON: LES EXPERTS VEULENT BANNIR LES COURTES PEINES

Le suicide en prison est un sujet dont on parle peu au Québec. Pourtant c'est une réalité bien connue, les personnes incarcérées sont plus susceptibles de s'enlever la vie que la population générale.

Suite à son enquête, Radio-Canada a révélé cette semaine que le risque de suicide était encore plus élevé dans les établissements de détention provinciaux où les peines sont de moins de deux ans. Ce n'est donc pas dans ces établissements que l'on retrouve les plus gros criminels.

L'expert en criminologie Jean-Claude Bernheim, qui étudie le phénomène des suicides en prison depuis plus de 40 ans, rappelle à quel point il est difficile de s'adapter à un environnement aussi répressif que la prison. La plupart sont incarcérés pour la première fois. Le choc se produit souvent au moment où ils arrivent en prison.

Il faut également savoir qu'au Québec, 78 % des peines purgées dans les prisons provinciales sont de moins de six mois. Un pourcentage qui a augmenté au cours des dernières années.

Selon David Henry, le directeur général de l'Association des services de réhabilitation sociale du Québec (ASRSQ), ces peines seraient relativement inutiles. Des études criminologiques ont démontré qu'elles sont trop brèves pour opérer un changement significatif chez la personne.

L'ASRSQ a donc l'intention dans les prochains mois de militer pour réclamer la fin des courtes peines de prison.

Catherine Chesnay, professeure à l'École de travail social de l'UQAM, croit que ce serait une stratégie qui permettrait d'éviter de mettre ces personnes-là en prison où elles seraient à risque de passer à l'acte suicidaire.

Cela ne veut pas dire que la personne serait totalement libre. Il existe plusieurs alternatives à l'emprisonnement. Une personne peut également être prise en charge dans la communauté par le biais d'hébergement spécialisé ou par le biais de programmes spécifiques d'accompagnement.

Diminuer la population carcérale

M. Henry croit également que si l'on diminue la population carcérale, les services correctionnels pourront alors offrir de meilleurs services.


Cela permettrait aux établissements de détention d'avoir les ressources nécessaires pour intervenir et faire face à cette problématique. Actuellement, il manquerait environ 400 agents correctionnels dans les établissements de détention de la province.

Jean-Claude Bernheim est du même avis. Si les prisons étaient moins surpeuplées, il y aurait plus de possibilités d'interactions interpersonnelles et le milieu carcéral serait moins inhumain. Cela permettrait de réduire la détresse induite par la prison elle-même et par le fait même de prévenir le suicide.

Source : Radio-Canada
SOPHIE PERRON
21 JANVIER 2021  (23H21)
QUIZ SUR BEACHNEWS
500$ À GAGNER
image
Qui chante Coeur de loup?
JEAN LELOUP
KAIN
LA CHICANE
PHILIPPE LAFONTAINE
BeachNewsEveryday.com
photo
JOSH ANDERSON PROVOQUE UN REVIREMENT ET MARQUE SON 9ÈME DE LA SAISON
BeachNewsEveryday.com
photo
VUE DU COCKPIT : TOM BRADY COMPLÈTE UNE PASSE À ROB GRONKOWSKI AVEC LE TROPHÉE VINCE LOMBARDI
BeachNewsEveryday.com
photo
TÉLÉ-QUÉBEC REVIENT SUR L'HISTOIRE DES CHRONIQUES À 5$
BeachNewsEveryday.com
photo
COREY PERRY SE MOQUE DE QUINN HUGHES AVANT DE REMETTRE À JEFF PETRY QUI MARQUE SON DEUXIÈME CE SOIR
BeachNewsEveryday.com
photo
BRENDAN GALLAGHER PROFITE D'UN BEAU JEU DE NICK SUZUKI, ET C'EST 4 À 1 MONTRÉAL
BeachNewsEveryday.com
photo
UN TIR D'UNE PRÉCISION CHIRURGICALE DE JEFF PETRY REDONNE DEUX BUTS D'AVANCE AU CH