VIDÉOS        QUIZ        POOL HOCKEY        PODCAST              
Super Hockey Pool
photo

TRUMP FINIRA-T-IL SES JOURS EN PRISON?

Donald Trump a été le 45e président des États-Unis et son règne se terminera le 20 janvier à midi tapant. Qu'on soit en accord ou non avec son style de présidence, nous sommes tous d'accord pour dire que Trump a une personnalité marginale. Il l'a démontré aussi bien durant ses quatre années comme président que comme homme d'affaires avant qu'il se lance en politique. Il a fait les choses à sa manière quelles que soient les conséquences.

Alors, évidemment, lorsqu'une personne est élue comme président, elle a automatiquement l'immunité présidentielle. Donc, qu'adviendra-t-il de toutes les poursuites et enquêtes dont il fait l'objet lorsqu'il perdra son titre le 20 janvier? Étant donné que Trump a eu beaucoup de votes en sa faveur et qu'il est très populaire auprès de sa base, sans compter que le pays n'a jamais été aussi divisé, Joe Biden pourrait lui accorder un pardon. Cet acte pourrait le débouter des accusations portées contre lui.

Selon Denis Saint-Martin, professeur de science politique à l’Université de Montréal : « On donne des breaks à des compagnies comme SNC-Lavalin au nom de l’intérêt économique national, parce qu’on juge que briser ces grosses corporations, ça va menacer l’économie nationale, souligne M. Saint-Martin. Imaginez un président qui a 50 % d’opinion publique [favorable] et qui est un pyromane… Ce serait dangereux. »

Sa longue carrière d'homme d'affaires fait l'objet de plusieurs poursuites qui se sont passées avant et pendant son mandat. Parmi le lot, il y a des allégations assez sérieuses comme, durant la campagne électorale, Trump aurait payé son ancien avocat, Michael Cohen, pour qu'il fasse taire des femmes qui prétendaient des choses sur le futur président. D'ailleurs, Cohen a plaidé coupable et purge une peine de prison.

S'il était reconnu coupable, « ce serait la première fois qu’un président serait accusé, note Daniel Farber, professeur de droit à Berkeley. Il faudrait que [les responsables] y pensent très fort avant de créer ce précédent » parce que les partisans de Donald Trump pourraient interpréter ça comme une vengeance. Cela pourrait être très mal vu et pourrait provoquer des soulèvements populaires. Comme les États-Unis sont vraiment divisés présentement, il reste le Pardon, que Biden pourrait lui accorder avant la tombée des accusations. Sinon, une autre façon pour lui de s'en sortir serait que Trump démissionne avant le 20 janvier, ce qui donnerait le titre de président des États-Unis à Mike Pense ainsi Pence pourrait lui accorder une protection contre ses présumés crimes fédéraux.



Mais, même s'il réussit à avoir un Pardon, ça ne concernerait que les accusations qui relèvent du système judiciaire fédéral. Donc, l'État de New York, par exemple, où Trump fait face à des poursuites pourrait aller de l'avant. Le procureur de Manhattan a des preuves contre Trump pour fraudes fiscales.

Quoi qu'il en soit, il n'est pas sorti du bois. Nous suivrons tous les développements pour vous.

Source : La Presse
ANDRÉE LABELLE
8 NOVEMBRE 2020  (19H46)