photo

UN AVION BOMBARDIER ACHETÉ AVEC DE L’ARGENT SALE SAISI À MONTRÉAL

Après avoir pris en considération les arguments de la République du Nigéria, la Cour supérieure du Canada a procédé à la saisie d'un luxueux jet Bombardier de type Global 6000 qui aurait été acheté avec de l'argent issu de la corruption d'un ancien ministre nigérian.

C'est le juge Martin Castonguay qui a ordonné que l'avion en question soit restauré à l’aéroport Montréal-Trudeau à partir du moment où il atterrissait, soit le 29 mai dernier. L'ancien ministre qui est soupçonné se nomme Dan Etete. Il était responsable, entre autres, du pétrole. La commission nigériane cherche à inculper ce dernier, qui a apparemment profité d'un accord de plus de 1 milliard de dollars avec les compagnies Shell et ENI en 1998. À l'aide de cette somme, et par le biais d'identités sibyllines, il aurait blanchi un certain montant appartenant à son pays pour s'offrir le Global 6000.



Parmi ces identités suspectes, il y a Tibit Itd, une compagnie des Îles vierges britanniques. Elle aurait tenté de détourner la saisie émise par le Canada sous prétexte que le jet lui appartenait. En outre, selon la République du Nigéria, il s'agirait d'un cover dont l'attributaire serait nul autre que Dan Etete. En effet, le juge a tenu compte de cet énoncé, qui lui semblait fort logique.

En mai, les autorités caribéennes, qui ont le monopole des Îles vierges britanniques, avaient déjà gelé les actifs de la compagnie Tibit Itd. Durant le même mois, un voyage Dubaï-Montréal avait été effectué. Lorsqu'Etete a été interrogé, la compagnie s'est justifiée en affirmant que le trajet n'avait pour objectif que d'entretenir le jet par les services d'Innotech, une entreprise de Montréal. Radio-Canada n'a pas réussi à lui soutirer d'informations. La chose n'a donc pas été confirmée. Évidemment, ce voyage semblait louche, mais ce n'est pas tout. Un avocat du Nigéria a été mis au courant de la mise à neuf du Global 6000, ainsi que de sa mise en vente. C'est pourquoi il implorait une accélération du processus de saisie.

Une des bévues commises par Etete concerne un contrat pétrolier attribué à une compagnie, Malabu, qui n'avait même pas témoigné d'intérêt à investir. Dépourvue d'employés, sans aucune expérience dans le domaine, et mise sur pied cinq jours avant l'obtention du contrat, l'affaire a semé le doute chez les autorités. Toujours d'après les dires de l'avocat nigérian, l'accusé avait au moins 50 % des parts dans cette compagnie. Bien sûr, le stratagème utilisé par Etete était secret jusqu'à tout récemment.

Les suspicions à l'égard de l'ancien ministre continuent de s'atrophier alors qu'on a appris sa condamnation pour blanchiment d'argent en France. Quant à la multinationale Bombardier, elle s'est rapidement dissociée des événements. La seule chose qu'elle a précisée, c'est que l'avion vendu en 2011 n'avait pas été livré à un dénommé Etete. Les avocats de Tibit Itd ont refusé de commenter le scandale et malgré qu'il nie avoir commis quelque crime que ce soit, Dan Etete est présentement introuvable.

Crédit : Radio-Canada
ALLYSON JONES
9 AOÛT 2020  (13H32)