VIDÉOS        QUIZ        POOL HOCKEY        PODCAST              
photo

VIOLENCE ET ARRESTATIONS MASSIVES : PHILADELPHIE IMPOSE LE COUVRE-FEU

À six jours des élections présidentielles, la ville de Philadelphie a décrété le couvre-feu après deux nuits de manifestations et de pillages déclenchées par la fusillade mortelle de l'Afro-Américain Walter Wallace Jr. Le couvre-feu est entré en vigueur depuis mercredi soir 21 h et se terminera ce jeudi à compter de 6 heures.

Donald Trump accuse le maire démocrate de la ville, Jim Kenney, de ne pas être en mesure de gérer efficacement les tensions qui règnent au sein de la première métropole de Pennsylvanie. Le président américain a lancé à Jim Kenney : « Ce que je vois est terrible, et franchement, le maire ou qui que ce soit qui autorise les gens à manifester et piller est également terrible ».

En point de presse, le maire a refusé de riposter aux attaques du président républicain, il a simplement laissé entendre que ce dernier n'est d'aucun support dans cette crise raciale. Plusieurs membres de la Garde nationale de Pennsylvanie seront présents dans la ville pour faire cesser ces violences dans les rues. La cheffe de la police municipale et le maire Kenney sont clairs, ces pillages sont inacceptables. Le candidat démocrate Joe Biden abonde dans le même sens, il évoque que « manifester est totalement légitime, mais le pillage - comme l’a dit le père de la victime, ne faites pas ça […], cela n’aide pas, c’est pire ».

Pour rappeler les faits, lundi soir, une vidéo a circulé sur les réseaux sociaux montrant un homme noir, Walter Wallace Junior, froidement abattu par deux policiers de Philadelphie en pleine rue. Les premières manifestations de colère se sont faites dans le quartier de la victime, West Philadelphia. L'histoire reste floue. L'intervention policière a eu lieu suite à un appel concernant une situation de violence familiale. Aux dires des policiers, l'homme de 27 ans a refusé de collaborer et de lâcher son arme blanche.

L'avocat de la famille a rappelé que la victime était en crise, il souffrait de bipolarité et il avait besoin d'une assistance médicale et non de la police. Par souci de confidentialité, les noms des deux policiers n'ont pas été divulgués mais ils ont été suspendus de leurs fonctions. La police compte mener une enquête approfondie pour comprendre toute la situation et de faire preuve d'une totale transparence.



Le meurtre de l'homme noir, Walter Wallace Jr, a provoqué plusieurs manifestations qui ont dégénéré. Des actes de vandalisme, des agressions contre la police et divers cambriolages ont mené à plus de 170 arrestations.

image

Crédit : La Presse
MC CÔTÉ
29 OCTOBRE 2020  (15H56)